OVNI EXTRATERRESTRES SPIRITUEL PARANORMAL

Vous pouvez nous rejoindre également sur http://ovni.extraterrestres.xooit.fr/index.php

    Extraterrestres ou humains

    Partagez
    avatar
    Administrateur
    Rang: Administrateur

    Nombre de messages : 299
    Date d'inscription : 21/10/2004

    Feuille de personnage
    De la terre aux étoiles: http://forum.aceboard.net/index.php?login=21844

    Lecture Extraterrestres ou humains

    Message par Administrateur le Sam 25 Aoû - 8:09

    autre hypothése qui tient debout :

    qui repose selon l'article que l'armée serait à l'origine de ce genre de résultat .



    Les animaux sont parfois marqués sur le dos par des taches visibles en lumière ultraviolette pour être repérables de nuit par les intervenants [JS90 p. 193, citant les recherches de Howard Burgess et du sergent Gabriel Valdez].


    Les animaux sont tués au sol soit par injection chimique ou bactériologique [cf JS90 p. 188, citant les recherches de Howard Burgess], soit par tir laser à micro-ondes, ce tir pouvant être aérien ou effectué à partir du sol [GB97 p. 246, citant les travaux de Linda Howe, mentionne l'exposition à des micro-ondes]. L'effet chimique, biologique ou électromagnétique subsistant pourrait expliquer que les prédateurs et les insectes ne s'approchent pas du cadavre. Il arrive aussi que de nombreux insectes soient retrouvés morts [cf JS90 p. 197], comme dans certains cercles de culture.


    Un opérateur au sol effectue rapidement les prélèvements d’organes après découpage avec un instrument tranchant (voir fig. 6-a), un scalpel classique, au laser ou à ultrasons. La bête peut être vidée de son sang par une ponction. L'opérateur ne laisse pas de traces de pas ou de véhicule au sol, utilisant un équipement approprié.





    Le prélèvement d'organes ou de peau n'est peut-être qu'un leurre qui sert à retirer les parties intoxiquées chimiquement ou brûlées par les micro-ondes, pour que les causes de la mort restent inconnues même en cas d'autopsie de l'animal. Ce prélèvement pourrait aussi permettre un examen du taux de contamination radioactif de ces organes (voir ci-dessous).

    Lorsque le contexte est favorable et qu’il n’y a aucun témoin aux alentours, les animaux sont déplacés par hélicoptère pour simuler un prélèvement d’organes aérien, afin d’accréditer la thèse extraterrestre. Ces hélicoptères peuvent être silencieux s’ils utilisent le système NOTAR (No Tail Rotor). Il n’est pas nécessaire d’employer un matériel lourd : un hélicoptère léger de type Lama Aérospatiale 315 B, pesant une tonne et mesurant 13 m de long, pouvait dès 1969 transporter à l’élingue une vache de 700 kg ou un taureau de plus d’une tonne. On trouve couramment des marques de crampons ou de filin d'acier sur une patte de l’animal, ou des traces de sangles sous son poitrail [JS90 p. 173-174 et 189-193, citant les recherches de Howard Burgess]. La bête est larguée en altitude, comme l’indiquent les branches d’arbres brisées, les pattes ou côtes cassées, etc [JS90 p. 198-199]. L'hélicoptère reste suffisamment haut pour éviter de perturber la végétation au sol ou les arbres.


    Une simulation d’ovni en vol permet parfois de faire diversion et d’accréditer la thèse extraterrestre. L'opérateur peut aussi créer de fausses traces d'atterrissage au sol, utilisant un équipement approprié, à moins qu'une masse destinée à imprimer des empreintes, éventuellement radioactives [cf JS90 p. 186-187], ne soit descendue puis remontée depuis l'hélicoptère par treuillage.

      La date/heure actuelle est Lun 21 Aoû - 13:11