OVNI EXTRATERRESTRES SPIRITUEL PARANORMAL

Vous pouvez nous rejoindre également sur http://ovni.extraterrestres.xooit.fr/index.php

    Carte en relief de 120 millions d'années

    Partagez

    Administrateur
    Rang: Administrateur

    Nombre de messages : 299
    Date d'inscription : 21/10/2004

    Feuille de personnage
    De la terre aux étoiles: http://forum.aceboard.net/index.php?login=21844

    Lecture Carte en relief de 120 millions d'années

    Message par Administrateur le Lun 20 Aoû - 1:49


    Une découverte majeure à Chandar (Russie)
    Une carte en relief de plus de 120 millions d’années
    Interview du Professeur Alexander Chuvyrov par Adriano Forgione

    jeudi 19 février 2004 par Jacques Keystone

    Fin avril 2002, la Pravda a annoncé la découverte à Chandar, village de Russie, d’une carte en 3 D remontant à 120 millions d’années. L’auteur de cette découverte, Alexander Nikolaevich Chuvyrov, Professeur de physique à l’Université de Bashkiria à Ufa, en Russie, a stupéfait les journalistes et les scientifiques du monde entier en avançant cette incroyable datation. La carte confirmerait donc l’existence d’une civilisation avancée à une époque où le monde était dominé par les reptiles géants. En fait, le premier hominidé, le Proconsul, remonte à 20 millions d’années. Une telle datation, si elle est confirmée, pourrait bien réécrire l’histoire de l’humanité et donner foi aux partisans de la très grande ancienneté de notre espèce.

    J’ai été surpris que Chuvyrov soit un universitaire, un érudit estimé -statut qui confère une certaine valeur au contenu des communiqués de presse. Il n’y avait qu’une seule façon d’en savoir plus sur cette affaire et de dissiper tous les doutes suscités par cette annonce : inviter le Professeur Chuvyrov à donner une conférence de presse en Italie. C’est ce que j’ai fait. Ce qui suit est la transcription de l’interview que j’ai réalisée de lui.

    Adriano Forgione (AF) : Professeur Chuvyrov, comment en êtes-vous venu à participer à ces recherches ?

    Alexander Chuvyrov (AC) : Cette découverte fut fortuite, comme le sont la plupart des découvertes dans le domaine scientifique. Avec mon équipe, j’étudiais l’identité culturelle des peuples de l’Oural. On essayait de découvrir le cadre historique de ces peuples, qui ont laissé des traces visibles dans toute la Russie, en remontant jusqu’au 15ème siècle étant donné qu’il n’existe aucune étude systématique sur le sujet. Malheureusement, je n’ai pas réussi à trouver un directeur impartial pour le projet car tous les spécialistes que j’ai contactés étaient trop influencés par leurs propres idées ou celles de leurs collègues. J’ai donc décidé de diriger le projet moi-même.

    AF : Dans quelles circonstances avez-vous découvert la pierre ?

    AC : L’objectif du projet était de découvrir des écrits appartenant aux peuples du sud de l’Oural. Nous pensions que l’un de ces groupes ethniques possédait peut-être un système d’archive

    ou de chancellerie similaire à celui de la Chine. Entre 1998 et 1999, nous avons passé au crible tous les entrepôts de stockage des musées de la région et avons trouvé un certain nombre de sceaux et d’inscriptions sur des objets décoratifs et autres poteries, le plus souvent écrites en vieux chinois à l’aide des caractères jiaguwen. C’était une découverte majeure. Les inscriptions en jiaguwen laissent penser que les Chinois sont arrivés en Russie occidentale dans les temps anciens, ce que nous ignorions jusqu’à présent.

    Durant l’été 1998, nous avons dressé un catalogue systématique de toutes ces découvertes et avons été très surpris de découvrir que les peuples de la région avaient parlé chinois jusqu’au XXe siècle. Actuellement, nous savons qu’il y a plus de 600000 inscriptions de ce genre dans les archives et les philologues devront déployer d’énormes efforts pour toutes les examiner. Pendant les deux années de notre projet, nous cherchions une bibliothèque gemmologique comme celles découvertes en Mongolie, au Japon et à Singapour. On a essayé de savoir ce sur quoi nous aurions dû concentrer nos recherches puis on a décidé de suivre un fil directeur : on s’est aperçu que les archéologues et les historiens pensaient que ce que nous considérions comme des caractères chinois étaient en réalité des décorations ou des dessins. J’ai donc décidé de partir à la recherche des gravures à l’eau-forte, décorations ou dessins figurant sur les mégalithes.

    Fin 1999, nous avons trouvé dans les archives une liste des monuments du sud de l’Oural répertoriés entre 1920 et 1921. Les textes étaient des notes rédigées par les scientifiques qui étudiaient le sujet à cette époque. Ces notes ont révélé d’importants indices relatifs à l’existence de six pierres sculptées de la région d’Ul-finca ou de la rivière Karadele -terme signifiant la « rivière noire » dans le langage local. Elles disaient que ces pierres comportaient des gravures à l’eau-forte et des décorations si complexes qu’il était impossible de les reproduire sur papier. En outre, les notes faisaient état de deux stèles situées à 12 kilomètres du premier emplacement. Nous avons baptisé la zone décrite par ces documents Pisanicy, nom russe désignant un endroit comportant des pétroglyphes. Àce stade, nous disposions d’assez de documents pour poursuivre notre investigation, c’est pourquoi, fin 1999, nous sommes partis à la rechercher des six blocs de pierre. AF : Comment avez-vous réussi à découvrir le premier bloc de pierre sans indices supplémentaires ?

    AC : Au départ, nous avons utilisé des téléobjectifs et des hélicoptères mais en vain. Après avoir lancé six expéditions infructueuses, j’ai eu l’idée de contacter le plus vieil habitant de Chandar, un village voisin. Je l’ai rencontré à l’endroit où Schmitt avait fait son expédition dans les années 1920. Il m’a montré des objets que Schmitt et d’autres archéologues lui avaient laissés. Lorsque je lui ai demandé s’il savait quelque chose sur les blocs de pierre que nous cherchions, il m’a répondu que l’une d’entre elles se trouvait sous le sol de sa maison,

    Elle servait de base à l’escalier mais son poids la faisait s’enfoncer dans le sol, provoquant un suintement. C’est pour cette raison qu’il souhaitait la détruire et en faire du gravier. Nous avons donc échangé le bloc de pierre contre un camion de gravier et lui avons promis de lui construire toutes les routes dont il aurait besoin.

    J’y suis ensuite revenu avec bon nombre d’étudiants et quelques archéologues et physiciens. Il nous a fallu deux jours pour l’extraire. La pierre mesure 148 centimètres de haut, 103 centimètres de large et 16 centimètres de profondeur. Pour la soulever, nous avons utilisé la méthode égyptienne, en la faisant rouler sur des cylindres en bois. Nous l’avons emportée au laboratoire pour la laver et avons immédiatement pris conscience qu’il s’agissait de la carte d’une vaste zone.

    Je n’en croyais pas mes yeux. J’ai su dès le départ qu’il s’agissait d’une carte - une carte en 3 D. Une telle chose ne pouvait tout simplement pas exister parce qu’on l’avait trouvée dans une petite Vallée où les premières routes n’avaient été construites que dix ans plus tôt. Auparavant, on ne pouvait s’y rendre qu’à bord de petits bateaux parce que le village est entouré de marécages. On y trouve encore aujourd’hui quelques maisons en bois, appartenant à ceux qui surveillaient le cours de la rivière. Personne n’a donc pu l’apporter jusque-là il y a 100 ans, date où la carte a été découverte.

    AF : En quoi a consisté l’étape suivante ? A-t-on pu procéder à une analyse scientifique de la pierre ?

    AC : Dans un premier temps, juste après la découverte de la pierre, elle a été volée et certains fragments ont été perdus pour de bon. Le bloc de pierre est tombé dans une rivière et les parties manquantes n’ont jamais été retrouvées. Si l’on regarde des photos de la carte, il est évident qu’il en manque une partie. Lorsque nous l’avons découverte, elle était intacte. Quoi qu’il en soit, avec l’aide de la police locale, nous l’avons emportée au laboratoire afin de l’examiner

    J’ai commencé par travailler dessus avec une équipe de mathématiciens, archéologues, philologues et physiciens et il est apparu que le bloc de pierre était formé de trois couches : une couche inférieure de dolomite, une couche centrale de diopside et une couche supérieure de porcelaine.

    Au cours de l’analyse, nous avons parfois dû demander l’aide d’autres institutions. La carte couvrant une vaste zone, le premier gros problème a résidé dans l’analyse paléohydrologique, parce qu’il n’existe aucun spécialiste capable de traiter les informations relatives au sud de l’Oural. Une partie de l’analyse a été réalisée en Chine, sur les idéogrammes sculptés dans la pierre, les principes cartographiques et la porcelaine de surface. L’objectif était de comprendre le procédé qu’avait subi la pierre, au vu des liens avec la Chine dont nous avons parlé. un peu plus tôt.

    AF : Pouvez-nous nous donner plus de détails sur les matériaux des différentes couches de la pierre ? Ce pourrait être la clé pour comprendre l’ensemble de la carte...

    AC : Comme je vous l’ai déjà dit, la carte comporte trois couches. La première est une couche de dolomite. La seconde est une couche de diopside, sur laquelle sont gravés les canaux, les rivières et tout ce que la carte représente. Afin d’éviter les reflets, le diopside a été recouvert d’une couche de porcelaine de seulement deux centimètres d’épaisseur. C’est le fruit d’une technologie avancée. Pourquoi de la porcelaine ? La réponse est venue du Département de cartographie de l’Université de Moscou.

    Pour fabriquer une carte en 3 D, il faut que la surface soit blanche et parfaitement modelée de façon à ce qu’en la lisant on ne soit pas induit en erreur par des ombres et des reflets. C’est exactement comme cela que l’on fabrique les cartes en 3 D aujourd’hui. Il est surprenant que cette technologie ait déjà été utilisée dans un passé aussi lointain. Le processus de dolomitisation s’est achevé il y a 250 millions d’années. Les coquillages fossilisés sont vieux de 180 millions d’années et n’ont absolument pas pu être incorporés dans la couche de diopside à une date ultérieure. En outre, ce type de coquillage n’existait pas dans cette région de l’Oural.

    Nous avons prélevé des échantillons de dolomite à différents endroits de la carte afin de procéder à une analyse chimique et radiographique de la structure. La dolomite est un matériau extrêmement homogène mais, dans la couche de dolomite de la carte, il n’y avait pas de quartz - alors qu’on en trouve habituellement - ni de silicate de magnésium.

    Administrateur
    Rang: Administrateur

    Nombre de messages : 299
    Date d'inscription : 21/10/2004

    Feuille de personnage
    De la terre aux étoiles: http://forum.aceboard.net/index.php?login=21844

    Lecture Re: Carte en relief de 120 millions d'années

    Message par Administrateur le Lun 20 Aoû - 1:49

    Nous avons creusé dans la région de Chandar et prélevé près de 10000 échantillons de dolomite, dont l’analyse a révélé qu’il ne s’agissait pas de la même dolomite que celle présente dans la carte. Dans de telles conditions, ce ne peut pas être fortuit, c’est pourquoi nous pouvons dire que la couche de dolomite n’est pas homogène comparée à la dolomite locale et qu’elle remonte à 180 millions d’années. Même si elle est aussi ancienne, je pense que c’est de la dolomite artificielle - une fois encore le fruit d’une technologie avancée - car ceux qui l’ont fabriquée ont réussi à déclencher un processus de dolomitisation artificiel, ou du moins à ramener de l’argile dolomitique d’Europe occidentale jusqu’en Oural et à la transformer.

    La couche de diopside sort également de l’ordinaire et révèle une sorte de nanostructure. Ses cristaux mesurent 15 nanomètres. C’est étonnant parce que je n’arrive pas à comprendre comment on l’a fabriquée. La structure de diopside ressemble à un pudding avec des incisions verticales. En outre, sa microdureté est égale à celle du corindon. Cela a permis de préserver parfaitement la carte, tandis que la couche de dolomite inférieure se décompose déjà.

    Afin de lier la couche de dolomite à la couche de diopside, les " créateurs " ont remplacé les atomes de silicium du diopside par les atomes de carbone de la dolomite [passant de CaMg (Si03) 2 à CaMg (C03) 2], de sorte qu’il semble que les deux couches ont été soudées. C’est une nanotechnologie qui implique une grande précision au niveau des atomes. En tant que physicien, je sais de quoi je parle. Ces gens savaient précisément ce qu’ils faisaient. Je ne saurais pas en faire autant. Il y a deux principaux problèmes inhérents aux couches : (a) la fabrication de dolomite artificielle ; et (b) la fabrication de nanostructures à partir du diopside, parce qu’il a une température de fusion de 2650 °C. Seul le carbone a un point de fusion plus élevé. Nous pouvons imaginer qu’ils connaissaient un procédé chimique permettant de fabriquer ces matériaux. Quoi qu’il en soit, cela relève d’une technologie extrêmement avancée.

    AF : Est-il possible de réaliser cela aujourd’hui ?

    AC : Je ne pense pas ! Je tiens à vous rappeler que la dolomite est une roche sédimentaire formée par accumulation de matières tandis que le diopside appartient à la famille des pyroxènes, qui sont des matières volcaniques.

    AF : Les matériaux analysés sont donc la preuve irréfutable de l’existence d’une civilisation capable d’utiliser des nanotechnologies ?

    AC : Oui, absolument.

    AF : Vous dites que la pierre est une carte. Qu’est-ce qui vous fait penser cela ?

    AC : Au départ, nous pensions que la surface de la pierre était simplement craquelée en raison de son grand âge ou de sa structure naturelle. Mais lorsque nous avons commencé à examiner d’un peu plus près ces signes que nous identifions désormais comme des rivières, j’ai découvert que les rives droites des rivières étaient nettement marquées, tandis que les rives gauches étaient davantage polies. C’est ainsi dans la réalité en raison de l’effet de la rotation de la Terre et des forces de Coriolis. J’ai donc regardé les bords des canaux pour déterminer la direction du courant des rivières. Le fait est que les lois de Coriolis et de Beer n’ont été découvertes qu’au siècle dernier. Quel choc de s’apercevoir que cette carte avait été conçue selon ces principes. En tous les cas, ces deux indices ne suffisaient pas à affirmer qu’il s’agissait d’une carte.

    Une carte est un système mathématique, ainsi lorsque j’ai calculé le rapport entre la hauteur et la largeur de la pierre, j’ai découvert que l’angle de la tangente était de 54 degrés, ce qui correspond à la latitude d’Ufa. À ce stade, la signification d’un certain signe figurant sur la carte était claire. C’était un cercle traversé par deux tangentes et l’angle entre les deux était d’exactement 54 degrés. Cela m’a donné la clé pour calculer la latitude exacte du lieu dessiné sur la carte et, à partir de là, trouver le système mathématique sur lequel la carte était basée. Et cela correspond parfaitement à toutes les cartes récentes de la région. Le système utilisé n’est ni celui de Mercator ni celui de Gauss-Kluger.

    Mais pour dresser une carte, les principes cartographiques ne suffisent pas. Il faut également des signes conventionnels, que nous avons déduit des inscriptions. On a compris que la carte représentait 32 barrages à l’intérieur d’un système hydrographique. Cela montre que la carte est l’œuvre d’une civilisation qui devait contrôler les eaux à l’aide de barrages - un peu comme la Hollande aujourd’hui.

    AF : Parlons de la datation. S’il s’agit d’une civilisation avancée, à quelle fenêtre de temps devons-nous l’associer ?

    AC : La datation de la carte est extrêmement importante. Je tiens à vous rappeler que la dolomitisation de l’Oural a pris fin il y a 250 millions d’années et que les coquillages impliqués dans ce processus appartiennent à la sous-famille des Narcopsina celote de la famille des Gyroideae. Ces coquillages sont apparus sur la Terre il y a 180 millions d’années et ont fini par disparaître il y a 60 millions d’années. Voici la fenêtre de temps à l’intérieur de laquelle les coquillages ont été placés - attention : je dis bien ’placés’ et non ’fossilisés’- dans la carte.

    Nous avons ensuite les mesures archéomagnétiques qui fournissent les indications suivantes : le bord de la carte est orienté en direction du pôle magnétique, tandis que la direction du pôle géographique dessiné sur la carte se trouve à un angle de 22 degrés du pôle magnétique. Nous pouvons découvrir l’âge du bloc de pierre grâce à 1 ’ a courbe d’Hiebert, qui détermine la position du pôle magnétique à un moment donné. Si les calculs sont bons, le pôle magnétique se trouvait sur la péninsule de Yamal en Russie au moment où la carte a été réalisée. Et cela remonte à 120 millions d’années. La datation correspond parfaitement à la fenêtre de temps dont nous venons de parler. Si tel est le cas, une datation au carbone 14 est inutile parce que ce test est incapable de désigner une date antérieure à 46000 ans. En fait, les entrailles fossilisées des coquillages ont passé le test au carbone 14 mais, en raison de leur grand âge, la réponse n’a rien donné. Même les datations à l’argon et à l’uranium se sont révélées peu fiables. L’analyse archéohydrologique a montré qu’il y a 60 millions d’années le système hydrographique était déjà tel qu’il est sur la carte. Peut-être a-t-il existé il y a cent ans (lorsque la pierre est apparue pour la première fois) un géologue très intelligent, capable de comprendre et d’appliquer la loi de Coriolis, de se servir de l’imagerie par satellite et de maîtriser les nanotechnologies et la chimie des matériaux. Mais si tel était le cas, il aurait laissé des notes et des dossiers pour la postérité, étant donné l’énorme masse de travail que cela. nécessitait. Nous connaissons Platon, Léonard de Vinci et d’autres génies du pas. sé mais nous ne savons rien du créateur de cette merveille.

    AF : Où a été effectuée l’analyse de la carte ?

    AC : Principalement à Ufa. Elle a également été étudiée par des spécialistes en histoire scientifique de Moscou mais la plus grande aide m’est venue de la Division d’imagerie aérienne du Département de cartographie et géodésie de l’Université de Moscou. Ils m’ont en particulier aidé à comprendre les principes mathématiques sur lesquels s’appuyait la carte.

    AF : Vos collègues se sont tous ligués contre vous. Qu’aimeriez-vous leur répondre ?

    AC : Je sais bien mais je pense que c’est quelque chose de très positif. Je suis heureux d’avoir fait naître ce débat mais je tiens à dire à mes collègues qu’ils ne peuvent pas étudier cet objet rien qu’à partir des photos, aussi bonnes et précises soient-elles.

    A mes détracteurs je répondrais que je suis physicien, célèbre scientifique de l’Université de Bashkiria, et je sais faire des recherches scientifiques. Je sais qu’il s’agit là d’un objet inclassable dans le paysage culturel humain tel que nous le connaissons mais, qu’importe, nous lui devons le respect. Je ne veux pas offenser mes collègues, parce que seuls des collègues ont pu fabriquer cette carte. Par conséquent, je demande le respect pour son créateur.

      La date/heure actuelle est Dim 4 Déc - 23:23